• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

Des femmes qui racontent

Par Marilyn Bobes León
Source CUBARTE 15.09.2014

libro las cuenta cuentos
Couverture du livre Las cuenta cuentos

S’il y a un genre de notre littérature où les femmes se distinguent tant par leur quantité que pour la remarquable qualité de leurs œuvres, c’est certainement l’écriture pour les enfants et les jeunes.

Cependant, cette tâche a été peu étudiée et en quelque sorte rendue invisible en donnant la priorité aux écrivaines cubaines consacrées aux adultes. C´est pourquoi le livre que nous présentons aujourd´hui, Las cuenta cuentos, publié par la maison Editorial Gente Nueva et dont la sélection et la préface ont été à la charge de Magali Sánchez, acquiert une importance remarquable pour être le premier capable de rassembler dans un seul volume des textes de plus de 60 femmes auteurs ayant écrit pour les enfants et les adolescents, et dont l´excellence semble indiscutable rien que de parcourir ces pages.

Magali Sánchez, née à La Havane en 1940, primée à plusieurs reprises et éminente journaliste, écrivaine et poétesse, a compilé un volume qui englobe des présences, des styles et des thèmes, et leurs résultats ne peuvent être qualifiés que de louables lorsqu’elle nous offre une perspective de genre qui n’empêche pas, cependant, que ce livre puisse être apprécié par les lecteurs des deux sexes, étant donné que Sánchez s’est occupée de le limiter à des questions touchant toute affiliation sexuelle.

Dans Las cuenta cuentos coïndicent des écrivaines consacrées, telles que la magistrale Dora Alonso et l’expérimentée Nersys, et d’autres plus jeunes dont les noms commencent tout juste à apparaître et se révèlent comme des promesses certaines. C’est le cas de Yannis Lovaina et Zurelys López Amaya, qui nous offrent dans cette anthologie des histoires de facture exquise.

L´anthologie est habilement divisée en deux parties. Dans la première partie sont réunis des textes pour les plus jeunes, et la deuxième comprend des textes pour ceux qui Magali Sanchez identifie comme ceux qui ont grandi un peu plus, qui ont avancé dans les études, ceux qui commencent à mieux comprendre la vie autour d´eux. Tout au long de la sélection ressortent la volonté poétique d’écrivaines comme Josefina de Diego, l’identité cubaine d’auteurs comme Teresa Cárdenas ou la propre Magali Sánchez, l’intertextualité d’Olga Marta Pérez ou le métier et les compétences narratives de Rebeca Murga, pour n’en citer que quelques exemples.

La conflictualité entre les adolescents et les adultes est un autre aspects qui apparaît dans la deuxième partie de l´anthologie où ressortent, en plus des textes déjà mentionnés de Lovaina et López Amaya, d´autres comme celui de Julia Calzadilla, et l’original Guitarra de caracoles, de Yorqueides Acosta, inaugurant la section.

L´idée de réunir les femmes auteurs qui écrivent pour les enfants permettra aux lecteurs de vérifier la diversité et l´excellence des voix qui n´ont pas toujours été prises en compte lorsqu’on parle du roman des femmes cubaines.

De même, les chercheurs et chercheuses disposeront d’un matériel leur permettant d´identifier les caractéristiques propres de l´écriture des femmes qui se consacrent à ce genre, car certainement il y en aura, même s’il n’y a pas une intention notoire de marquer le genre dans ces contes présidés par les de désir d’atteindre tous les types de lecteurs. Je ne crois pas non plus que la lecture de Las cuenta cuentos devrait être limitée aux enfants et aux jeunes. Les lecteurs de tous âges pourront profiter de ces histoires où la morale et les didactismes sont rares, même si chacune des histoires a pour but de transmettre un message exaltant.

Magali Sánchez a travaillé consciencieusement pour nous offrir un livre utile dans tous les sens. En plus des textes, nous trouvons une petite fiche bio bibliographique de toutes ces écrivaines, ainsi que les quelques mots préliminaires des deux sections, qui sont eux-mêmes des textes pleins de poésie et de littérature.

Comme toujours, Editorial Gente Nueva a accueilli ce projet sui generis avec cette créativité à laquelle nous sommes déjà habitués. Nous invitons donc les petits et les grands lecteurs à visiter ces pages qui nous procurent le plaisir et la surprise de la diversité, et qui ont pour but l´excellence. Nous félicitons Magali Sánchez pour cette initiative dont, nous sommes sûrs, tout le monde en parlera et servira à réfléchir.

 

Marilyn Bobes León

Par Marilyn Bobes León

Nació en la habana en 1955. Licenciada en Historia. Poeta, narradora, periodista y editora. Comenzó sus estudios en la facultad de Historia de la Universidad de la Habana, y continuó su vida profesional como periodista colaborando con la agencia Prensa Latina y en la revista Revolución y Cultura. A los 24 años de edad obtuvo el premio "David" de poesía por su segunda colección de poemas titulada La aguja en el pajar (1979). Sin embargo, no es hasta 1993 que logra su entrada en la arena literaria y esta vez gracias a su obra narrativa por la cual obtuvo diversas distinciones en México y Perú, llegando a la cima de todas ellas con el prestigioso Premio Casa de las Américas con su libro de cuentos Alguien tiene que llorar (1995). En Alguien está escribiendo su ternura (1978) rinde homenaje a sus predecesoras que sufrieron las consecuencias de ser mujeres y escribir: Sor Juana Inés de la Cruz, Gertrudis Gómez de Avellaneda, Gabriel Mistral, Alfonsina Storni, donde realza la figura de la mujer como el sujeto esencial de su poesía. Bobes asistió a la Unión de Escritores y Artistas de Cuba (UNEAC) como presidenta por un breve espacio de tiempo donde compiló y editó con Mirta Yáñez la antología de cuentos femeninos Estatuas de sal (1996).

Entre sus obras se encuentran: La aguja en el pajar (poesía), 1980; Hallar el modo (poesía), 1989; Fina García Marruz: elogio de la serena perfección. (1985); Intervalos (Exégesis del capítulo X de Paradiso), 1992; El esperado homenaje. Revolución y Cultura, 1998.

Obtuvo los premios: Premio Edmundo Valadés del Concurso Latinoamericano de cuentos del Instituto de Bellas Artes de México, Puebla, 1993; Premio Hispanoamericano de Cuento Magda Portal del Centro Flora Tristán, Perú; Premio Casa de las Américas de cuento, 1995, La Habana; Premio Casa de las Américas de Novela, 2005, La Habana.

Ajouter un commentaire