• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

La présence cubaine dans la 12e Biennale de La Havane : Wilfredo Prieto

Par Clotilde Serrano Álvarez
Source CUBARTE 14.05.2015

Wilfredo Prieto
Wilfredo Prieto

Wilfredo Prieto joue avec les idées et sa trajectoire artistique s'est éloignée du conventionnel. Sa présence dans les Biennales havanaises et dans d’autres événements internationaux a toujours motivé l'intérêt et la curiosité, car Prieto cherche précisément à exposer les équations qui génèrent des lectures imprévues et qui rompent avec le standardisé, avec ce que la majorité considère plus comme « le normal ». Prieto est un artiste conceptuel, diplômé de l'Institut Supérieur d’Art en 2002, il a peu utilisé la toile et le pinceau, son travail repose sur la disposition des éléments de la vie quotidienne pour amener le spectateur à une réflexion, à une propre conclusion, bien que Prieto suggère, il préfère que le public ait sa propre impression de l’œuvre.

Prieto a déclaré qu’il est un admirateur de Marcel Duchamp qui, en 1914, a décidé d'élargir le diapason des arts plastiques pour ouvrir une brèche dans le concept, exprimée dans l'installation de différents objets afin de transmettre des idées. Dès 2006, avec Graisse, savon et bananes, (la disposition de ces trois éléments dans un coin du couvent de Santa Clara qui accueillait alors les Biennales havanaises), son chemin vers le conceptualisme a été reconnu au niveau international. Sur son installation Tapis rouge, de 2007, exposée dans une galerie de Barcelone, il a dit « elle était difficile à comprendre, car on devait regarder sous le tapis ». Prieto avait balayé le sol de la galerie et il a déposé toute la poussière et la saleté sous le tapis, pour comprendre le message, il était nécessaire de regarder sous la pièce.

Tout au long de sa carrière, Prieto s’est distancié du purement « national » tout au long de sa carrière, même s’il se reconnaît comme un artiste très cubain pour exprimer des concepts universels. Sa vision créative se base sur l'objectivité, car il considère que s’enfermer dans une seule façon limite la créativité. Sa pièce présentée dans la récente édition de la Foire Arco, à Madrid, a été très discutée, cette pièce était un vase à moitié remplit d’eau auquel il avait mis le prix de 20 000 euros, pour les Cubains l’œuvre est très similaire au vase de Panfilo, le personnage populaire de l'émission de télévision Vivir del Cuento. Devant les commentaires sur la légitimité de l'art conceptuel, Prieto a déclaré que le prix ne détermine pas la qualité de l'œuvre, soulignant : « Nous avons une notion de l'art très sérieuse » et il a affirmé qu’il ne se considérait ni un humoriste, ni un polémiste. Cependant l’œuvre a ouvert des controverses parmi les partisans car les actuelles nouvelles contextualisations de Duchamp ne répondent pas aux supposées libertés de la création, mais aux exigences du marché, mais Prieto a réitéré qu'il n'est pas un artiste critique, le vase à moitié plein a seulement fait beaucoup réfléchir.

Cette année Wilfredo Prieto sera présent dans la 12e Biennale de La Havane comme commissaire du projet « Montañas con esquina rota » (Montagnes avec un coin cassé), une responsabilité partagée avec Gretel Medina et Direlia Lazo. Cette proposition comptant plus de quinze créateurs de diverses nationalités, dont deux Cubains : Tatiana Mesa et le Prix National des Arts Plastiques Eduardo Ponjuán, sera situé dans l'ancienne usine de bicyclettes Claudio Argüelles des rues Línea et 18, dans le Vedado. Cet édifice en ruine, où il ne reste que les structures métalliques, servira pour les installations de ces artistes. Ces installations ne sont pas conçues pour perdurer comme certains projets situés dans d'autres secteurs de la ville, mais juste le temps que dure la Biennale, convertissant ce lieu en un inhabituel espace d’exposition. Il faudra attendre le 22 mai, date à laquelle la Biennale s'étend dans toute la capitale, pour voir l’exposition créative de l’un des artistes conceptuels les plus irrévérencieux de Cuba, selon la critique spécialisée.

 

Clotilde Serrano Álvarez

Par Clotilde Serrano Álvarez

Licenciada en Periodismo. Trabaja en los Servicios Informativos de la Televisión Cubana, específicamente en el Noticiero de Televisión desde 1981, donde se ha desempeñado como redactora-reportera de prensa y otros cargos de dirección. Desde 2009 es la Jefa de la Redacción Cultural del Sistema Informativo.

En 1985 comienza a trabajar como guionista de los Noticieros de Televisión y en 1993 en el Noticiero Dominical. Desde 1999 y hasta la actualidad es guionista del Segmento Cultural de Dominical.

Tuvo  la responsabilidad del Proyecto de Noticiero Cultural, que se presentó desde 2009 y salió al aire el 7 de abril de 2014.

Ha colaborado con publicaciones impresas en la década del 90 (Revista Cuba Internacional y Prisma). Desde 2013 escribo para el sitio digital Cubanow.

También ha recibido diversos cursos y diplomados relacionados con su entorno laboral.

Se ha desempeñado como jurado en el Premio Anual de Periodismo Cultural “Rubén Martínez Villena” de la AHS para Televisión. (Organizado por la Asociación Hermanos Saíz). 2007 y 2009; del Premio de Periodismo 26 de Julio para Televisión y el Premio de Periodismo Cultural José Antonio Fernández de Castro en 2009.

Fue premiada en el Festival Nacional de Televisión en dos ocasiones, en 2007 en género de reportaje y en 2009 en comentario seriado.

DOSSIER

Compliación de fotos, videos, textos y audios.

Dossiers

Ajouter un commentaire