• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

Les défis du livre dans la région de l’Amérique latine et les Caraïbes

Par Carina Pino Santos
Source CUBARTE 19.03.2015

24 Feria Internacional del Libro de La Habana
24ème Foire du Livre de La Havane

La 24ème Foire du Livre de La Havane a commencé à s’étendre sur le reste de l’île. Les débats, les actions de promotion et les présentations qui ont eu lieu à San Carlos de La Cabaña, sont toujours récents. Parmi les différents espaces, il y en a un qui est déjà traditionnel à ce grand événement, il s’agit de la Rencontre d’éditeurs et traducteurs littéraires, dont la dernière séance a été dédiée aux « Défis du livre en Amérique latine et les Caraïbes ».

Convoqués sous ce slogan par le Dr. José A. Baujin, nous avons exposé lors du mentionné panel composé par  l’écrivain, historien, essayiste et dramaturge vénézuélien Luis Britto García;  le directeur de Cubaliteraria, Gustavo Blanco ; le directeur du projet Claustrofobias, sur la diffusion et la promotion de la littérature, Yunier Riquenes ; et moi-même.

Dans le cadre de ce sujet d’actualité on ne pouvait pas manquer d’aborder la question du livre électronique, accroche que le modérateur, le Dr. Baujín, a posée afin de lancer les interventions.

Dans ce sens, l’exposé de Britto Garcia a été très intéressant, surtout dans sa référence aux téléphones mobiles et aux formes de condensation de l’écriture qui nous rapprochent de récits hyper brefs, dans l’actualité ; de la même manière l’intellectuel a mis l’accent sur le besoin de libérer les taxes sur les livres, en tant que marchandise immatérielle.

« Art dans les livres : un pari pour l’intégration et le développement culturel en Amérique latine et les Caraïbes » était le titre de ma proposition à ce panel où, par rapport aux autres intervenants, j’ai mis en avant le fait que le contexte actuel de l’édition électronique permet de possibilités plus économiques d’élargir l’inclusion d’images dans le livre d’art numérique, sans oublier une autre alternative très contemporaine proposée par la production de livres dont les auteurs sont des artistes du numérique.

Dans l’actualité, les politiques éditoriales et de communication dans le domaine des arts visuels sont en train de gagner en importance au niveau mondial, fait qui pourrait nous motiver afin d’activer des actions dans le terrain culturel d’Amérique latine et les Caraïbes.

D’ailleurs, en ce qui concerne le processus d’étude du livre d’art,  je trouve fréquemment des nouvelles sur des ateliers, des conférences et des expositions sur ce sujet, même si la plupart ont lieu en Europe et Amérique du Nord. Il faut dire que les préoccupations des pays développés concernant le livre d’art et artistiques a lieu dans une situation mondiale où, comme nous le savons déjà, les traditions du monde de l’édition sont en train de disparaître, en même temps que des méga-corporations s’imposent ainsi que leur rôle dans l’internationalisation de la culture populaire, et l’existence des grandes entreprises qui incident sur le marché de consommation du livre.

Dans les pays du Sud nous ne pouvons pas nier que nous devons atteindre un niveau supérieur de développement éducationnel, capable de réussir l’augmentation d’un public lecteur avec des intérêts variés dans la culture ainsi que davantage de lecteurs spécialisés dans nos pays.

Si nous prenons l’inégalable fonction de diffusion des publications en ce qui concerne les arts visuels, et l’importance culturelle et artistique de la création plastique par rapport à la forme du livre, il faut faire connaître une histoire universelle du livre d’art qui tienne compte du livre d’art latino américain et caribéen.

En même temps nous avons besoin de publier notre histoire du livre d’art en Amérique latine et les Caraïbes qui  comprenne aussi bien le livre dont le contenu est du domaine des arts visuels, que le livre réalisé par des artistes de la région et qui est lié à la morphologie du livre, dans ce sens, des expériences telles la publication du livre  « América Latina y el Caribe. Industrialización y comunicación visual para la autonomía » (Silvia Fernández y Gui Bonsiepe coordinadores, São Paulo, Editora Blücher, 2008) constituent des avancées encourageantes dans ce domaine.

Tandis que l’édition numérique gagne en popularité et la lecture dans des dispositifs électroniques a provoqué une augmentation des maisons d’édition de fortune, appelées « cartoneras », qui sont déjà 30 dans la région, ce fait nous parle du souhait de publier des auteurs latino américains par opposition à la promotion de best-sellers et constate la résistance face à la standardisation culturelle qui nie notre identité dans le cadre de l’action du marché néolibéral.

La Communauté d’Etats Latino américains et Caribéens (CELAC) a fait un appel l’année dernière à réaliser un Plan d’Action afin « d’avancer dans l’intégration culturelle de la région, tout en travaillant de façon conjointe pour la protection du patrimoine, la promotion et la diffusion de la diversité d’expressions culturelles qui caractérisent les identités latino-américaines et caribéennes. »

Dans le même objectif il faut faire ressortir le fait que la recherche et la diffusion du livre d’art et du livre réalisé par des créateurs visuels en Amérique latine et les Caraïbes pourrait devenir une action en vue de promouvoir les politiques de la culture du livre par rapport au contenu et aux créations des artistes, en tant que partie du patrimoine artistico-culturel de notre région.

Carina Pinos Santos

CriticArte

Par Carina Pino Santos

Carina Pino Santos Navarro (La Habana, 1959). Doctora en Ciencias sobre Arte. Crítica de arte, profesora, curadora y editora. Su último libro publicado fue Nuevo Milenio. Artistas cubanos contemporáneos. Guadalajara, España, Pontón Facsímiles, S.A., 2006. Especialista en arte contemporáneo cubano, actualmente colabora con las principales publicaciones culturales, y escribe una columna de artes visuales para el Periódico Cubarte del Portal Digital del mismo nombre.

Ajouter un commentaire