• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

Les victoires de Viengsay

Par Miguel Cabrera *
Source Granma 04.09.2015

Viengsay Valdés
Viengsay Valdés

La force de la présence féminine est l'un des éléments caractéristiques du ballet cubain depuis leurs premiers temps. L'exceptionnalité  d'une figure comme Alicia Alonso, sa mission fondatrice incontestée et les légendaires qualités artistiques et techniques qui ont marqué sa carrière l’a convertie dans une sorte de Muse pour les différentes générations de danseurs cubains qui ont été soulevées dans ces soixante-sept ans de travail  glorieux.

En 1994, l'une de ces jeunes talents, avec un bel avenir et une place de choix dans l'histoire du ballet cubain, est arrivée au Ballet National de Cuba C'était Viengsay Valdés, une jeune fille de nom exotique (qui signifie la victoire au Laos, le pays où elle  a été engendrée par ses parents) et diplômée avec le Titre d’Or et possédant de hautes récompenses obtenues dans des compétitions à Cuba et en Italie.

Depuis lors, son talent inné et ses grandes facultés l’ont amené vers le haut vol qu’elle était destinée. Une œuvre rigoureuse sous la supervision des plus prestigieux maîtres et professeurs de la compagnie, elle a dû relever des défis incessants et en pleine croissance. J'ai eu le privilège d'assister à cette pièce forgée, qui comprenait aussi bien  son remodelage physique pour l’approcher au idéal esthétique de la danse classique, comme son engagement total à maîtriser les grands défis stylistiques exigés par l’héritage romantique-classique du XIXe siècle et les créations contemporaines les plus  audacieuses.

De cette bataille est apparue, depuis 2001, une première danseuse d’une technique impeccable et un large éventail stylistique reconnue dans les nombreuses tournées comme première danseuse du Ballet National de Cuba tout au long des cinq continents et pendant ses représentations  comme étoile invitée des compagnies de ballet les plus prestigieuse du  monde, y compris le Ballet du théâtre Mariinsky de Saint-Pétersbourg, le Ballet du Bolchoï de Moscou, le Royal Ballet du Danemark et le Royal Ballet de Londres, ainsi que dans des galas et des festivals sur divers scènes depuis Beijing,  Japon,  Laos, New York, Mexique Turquie ou  Buenos Aires jusqu’en Australie. Elle a revalidé, pour les amateurs du ballet de notre époque, les vertus qui, dans le passé, ont donné du  prestige aux grandes danseuses cubaines.

Sa solide expérience académique, sa discipline et son charisme l’ont empêché d'être une de plus dans les rangs presque toujours anonymes du statut du corps de ballet. On s'est rendu compte immédiatement que son destin n’était pas dans les  compartiments étanches, ou dans un lieu commun, et bientôt on a pu vérifier qu’elle pouvait être une soliste pour éclairer avec sa lumière. Sept ans plus tard, après avoir passé avec succès les différentes étapes hiérarchiques du casting, arrive le moment précis : son ascension vers l'étape artistique maximale, devenir  première danseuse. Mais que s'est-il passé ensuite ? Elle a du partager le sceptre pentarchique  avec d'autres danseuses inestimables, également avec des personnalité fortes et des solides techniques –stylistiques, chacune capable d'apporter leurs dons uniques et de relever le défi de continuer une tradition générationnelle malheureusement tronquée au mauvais moment.

Pour différentes raisons, pendant une longue période elle est restée comme l’étoile solitaire de sa génération, car la majorité de ces danseuses ont  quitté la compagnie, mais elle n’est devenue ni   émerveillée ou égocentrique, mais contrairement à ce qui pourrait s'y attendre, elle a partagé des expériences avec les nouvelles étoiles  et, très spécialement , avec une foule de jeunes partenaires qui avec la modestie et la hauteur humaine, elle n'a pas hésité à les placer dans le chemin de ses succès. Peut-être le fait qu’elle soit la  danseuse cubaine avec une présence plus individuelle à des galas et festivals aux quatre coins du monde, sans se dévier de son Alma Mater, le Ballet National de Cuba, a fait le reste. Sans les privilèges de divulgation, Viengsay Valdés a atteint, seulement à  base de talent et de travail, la conquête de quelque chose de très difficile : être célèbre et être populaire, qui, soit dit en passant, ne sont pas des catégories identiques.

Sur la scène internationale sa singularité  est hautement reconnue et sur son île il n’y a personne qui ne connaît  pas son nom ou qu’elle ne soit pas associée à la catégorie d’excellence. À cet égard j'ai été témoin de deux moments dans cette acclamation de son art et sa personne. Le premier  a eu lieu en novembre dernier quand, elle est entrée dans le Teatro Heredia, de Santiago de Cuba, sans avis préalable, et plus de 2 000 étudiants, se sont mis debout et ont applaudi car elle était membre du jury et invitée spéciale au Festival National des Artistes Amateurs de la FEU ; et le second a eu lieu en juin de cette année, lorsque plus de 10 000 spectateurs ont défié une pluie persistante à la Plaza de Toros de Cali pour voir sa danse Carmen suite à la cérémonie d'ouverture de la 9e. Festival international de Ballet de cette ville colombienne.

Depuis l'an dernier, d'une manière très sensible, Viengsay a voulu célébrer ses deux décennies d'appartenance  au Ballet National de Cuba, donc elle a signalé sa présence comme étoile invitée dans des galas et festivals de la plus haute lignée au Mexique, Argentine, Portugal, Espagne, Puerto Rico, Afrique du Sud, Colombie, États-Unis, République Populaire de Chine et au 14 Festival International de Ballet de Tokyo qui maintient vivantes les empreintes des grandes luminaires du XXe siècle qui se sont présentées  dans leurs différentes célébrations, y compris des noms illustres comme Alicia Alonso, Margot Fontein, Carla Fracci, Maya Plisestkaya, Marcia Ahydée et Natalia Macarova.

Et il convient d'ajouter, avec une fierté suprême, que tout cela l’a fait soulignant sa cubanía, son appartenance à cette terre  bien que son orbite soit complètement cosmopolite. On est ému de vérifier  qu'elle connaît et nous le prouve, que l'art n'a aucune patrie, mais les artistes y ont.

* Historien du Ballet Nacional de Cuba

Ajouter un commentaire