• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

La validité d'une méthode

Par Amelia Duarte de la Rosa
Source Granma 19.08.2015

Miguel Cabrera
Miguel Cabrera au centre ainsi que des étudiants de l'atelier.

À 65 ans de la création,  l’École cubaine de Ballet s’est légitimée comme un phénomène artistique reconnu et salué dans le monde entier. Aujourd'hui avec le nom du maître  Fernando Alonso, l'institution - qui a eu sa genèse en juin 1950 comme Académie de Ballet Alicia Alonso - a joué un rôle fondamental dans le développement de l'art de la danse nationale ; et à la gestation d'une méthode pédagogique qui a fait de chaque danseur cubain une présence d'admirer sur la scène internationale, par le solide bagage technique et la ductilité stylistique.

La technique d'enseignement cubaine s'est propagée à un certain nombre de nations, avant tout, de notre continent. Récemment, dans l'état de Salvador de Bahia, Brésil, a eu lieu le 7e atelier Pas de Cuba, un événement qui a lieu chaque année depuis 2009 afin de donner la priorité à la présence de l'école cubaine de Ballet dans le système de l'éducation artistique dans le pays sud-américain.

Des enseignants brésiliens et cubains ainsi que les étudiants des 35 académies de cette manifestation artistique ont participé à l'atelier qui a été le siège de l'école de ballet Rosanna Abubakir, du Salvador, où la méthode cubaine est utilisée depuis plus de 20 ans.

Parmi les invités était le maestro Miguel Cabrera, historien du Ballet National de Cuba, qui a parlé avec Granma, à son retour, sur  l'expérience et la validité de la méthode cubaine

« Notre continent a toujours eu une forte tradition d'enseignement à l'aide de la méthode anglaise de la Royal Academy of Dance, mais chaque jour devient plus évidente - surtout par les triomphes qui a eu le ballet cubain et ses collaborations avec de nombreux pays- que notre méthodologie est le plus proche de pays d'Amérique Latine. Nous avons beaucoup de similitudes dans notre idiosyncrasie et les racines culturelles, notre tempérament est plus identifié avec la mise en œuvre de la technique pour les danseurs latins que la méthode anglaise ».

« Par conséquent, l'objectif principal de ce rendez-vous  - précise Cabrera  - est que dans l'ensemble du nord-est du Brésil, les écoles de ballet soient instruites dans notre méthode et qu’elles enseignent aussi le sens social que doit avoir le ballet. »

« Brésil a toujours eu des très grands figures comme Marcia Haydée, Ana Botafogo, Thiago Soares, entre autres, mais le mouvement solide de la danse académique est dans certaines régions, pas dans tout le pays. Au Salvador, il n’y a pas une longue tradition du ballet professionnellement parlant, mais il y a beaucoup de gars avec talent, mais avec des ressources économiques limitées pour payer l'école. »

« Cet événement offre la possibilité de bourses d'études et reçurent environ 60 bourses d'études, surtout pour les garçons  car la présence masculine est nécessaire, » a expliqué Cabrera, qui a donné des conférences dans plusieurs écoles et universités.

Cabrera assure que grâce a ces échanges il y a une immense admiration pour les danseurs cubains dans le géant sud-américain. « Carlos Acosta, par exemple, est  dans une place très spéciale et je peux affirmer que c'est l'intérêt des autorités que la danse cubaine et sa méthode arrivent au Brésil ».

« Chaque jour est devenue plus évidente la grandeur du ballet cubain. Il y a un cubain dans n'importe quelle compagnie dans le monde et chacun répond à un mode de formation technique et éthique.

« Dans mes voyages, j'apprends toujours et c'était très agréable de voir le prestige qui a le Ballet National de Cuba et surtout la figure d'Alicia Alonso, qu'il admire et respecte énormément. »

 

Ajouter un commentaire