• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

Mary Joo Adams : Celle-ci a été l’expérience professionnelle la plus gratifiante de toute ma carrière.

Par Gladys Rodríguez Ferrero
Source CUBARTE 23.07.2015

Mary-Jo Adams
Mary-Jo Adams, Directrice Exécutive de la Finca Vigia Foundation

Mary-Jo Adams, Directrice Exécutive de la Finca Vigia Foundation a offert, avec Ada Rosa Alfonso, Directrice du Musée Ernest Hemingway, la conférence « Un effort conjoint pour la préservation de l’héritage cubain d’Hemingway ». Lors de la deuxième journée de la séance scientifique du 15ème Colloque International Hemingway.

Que faisait Mary-Jo Adams avant de s’engager dans ce Projet pour la préservation de l’héritage cubain d’Hemingway ?

J’ai eu la chance d’avoir plusieurs carrières, même si dans tous les cas on avait besoin de compétences similaires. J’ai commencé ma carrière à la fin de mes études universitaires en tant que psychologue. Plus tard j’ai créée ma propre entreprise : je fournissais du conseil sur la planification, la stratégie et la levée de fonds aux différentes organisations des États-Unis et internationales, de façon qu’elles puissent atteindre leurs objectifs et mieux accomplir leurs missions.

Comment arrivez-vous à cette tâche ? Qui vous l´a proposé ?

Au début j’ai démarré avec la Fondation Finca Vigía en tant que consultant pour la levée de fonds. Il faillait obtenir des fonds privés afin de financer les voyages à Cuba et les experts. Il ne s’est pas écoulé beaucoup de temps que j’étais déjà totalement engagée avec le Projet, et de cette façon je suis devenue Directrice Exécutive pour la supervision de la préservation architectonique, la conservation de documents et les relations gouvernementales.

A-t-il été difficile pour Mary-Jo de prendre la décision ?

Bon, évidement j’avais beaucoup à apprendre ! Mais ça valait la peine. J’adore ce que je fais. Le travail est fascinant, intéressant et pas du tout ennuyeux et très gratifiant.

De quelle manière vous avez réussi votre approche au sujet ?

J’aborde le travail de la Fondation à Cuba convaincue de l’importance de la collaboration et le travail en équipe. Les experts cubains et nord-américains ont réalisé un merveilleux travail conjoint durant 12 ans. La communication a été excellente, avec du respect mutuel et ils ont partagé un objectif, nous avons tous appris qu’on peut vaincre n’importe quel obstacle.

Vos impressions de votre première visite à Cuba et à Finca Vigía. À quelle date se produit-elle ?

J’ai voyagé à Cuba pour la première fois en 2005. J’ai été très impressionnée par la beauté de La Havane, son histoire, l’architecture et les personnes très gentilles que j’ai rencontrées. La Finca était magique, impressionnante. On avait gardé le foyer d’Hemingway tel qu’il l’avait laissé il y a presque 50 ans. La collection de la maison était surprenante. Bien évidement il y avait quelques problèmes, mais ceux-ci se seraient présentés dans n’importe quelle maison avec le temps.

Vous avez trouvé que Finca Vigia était récupérable ou irrécupérable ?

Totalement récupérable. Le peuple cubain avait mené un travail de protection excellente avec une énorme collection. La préservation de la maison serait une tâche d’amour. Notre Fondation a été honorée de pouvoir participer dans le processus avec les experts cubains.

Le travail de numérisation des documents avait déjà commencé et était allé assez loin. Quel était dès lors votre objectif, tenant compte de la grande quantité de documents qui sont conservés par le Musée Ernest Hemingway ?

Oui, les travaux de numérisation avançaient très bien. On sauvait des multiples copies numériques, tant à Cuba qu´ aux États-Unis. L’étape suivante c´est de créer un bâtiment où l’on puisse conserver les documents originaux en sécurité.

Qu’a ressenti Mary-Jo à chaque fois qu’elle devait remplir un formulaire pour demander un nouveau permis de travail, ayant en considération le poids du Blocus / Embargo, sur son octroi ?

Je sais que mes collègues à Cuba et aux États-Unis sont habitués à la paperasse, à la bureaucratie, aux besoins de respecter les règles. Néanmoins, parfois il nous prend un peu de temps d’obtenir des licences de voyage à Cuba. Mais l’important c´est de se souvenir toujours que nous avons eu les permis nécessaires. Je suis extrêmement reconnaissante auprès du gouvernement des États-Unis car il a soutenu notre travail, tout comme le gouvernement cubain.

Quelle expérience avez-vous tirée de cette mission où des spécialistes cubains et américains, tous très hautement qualifiés, ont travaillé de façon conjointe, dans la quête d’un même but : préserver l’héritage cubain d’Hemingway ?

Du point de vue personnel, j’ai beaucoup appris en travaillant dans ce projet si important et fascinant. À l’époque où j’étais étudiante, j’ai lu beaucoup de romans et des récits d’Hemingway, mais pas assez profondément pour comprendre sa vie à Cuba. Finca Vigia m’a beaucoup appris sur l’auteur. Voir sa correspondance, ses photographies, son foyer et ses différentes collections, m’a permis d’avoir une compréhension beaucoup plus large de l’auteur.  Du point de vue professionnel, à travers les experts cubains et américains, j’ai obtenue une large connaissance sur les compétences et habilités techniques nécessaires à la conservation de documents. C’est une joie d’être témoin du respect et de l’amitié qui sont nés entre les deux équipes.

Vous avez rencontré la Dra. Marta Arjona. Pourriez-vous nous donner votre opinion sur le rôle qu’elle a eu dans la réalisation de ce projet ?

Malheureusement, j’ai eu le plaisir de m’entretenir avec la Dra Marta Arjona uniquement une fois, au début du projet. Néanmoins, sa force et son engagement avec le projet ont été évidentes. Je ne l’oublierai jamais.

Ce projet s’est maintenu depuis novembre 2010, envers et contre tout, malgré les circonstances historiques adverses où il a dû naître et se développer. Pensez-vous que maintenant, suite aux déclarations de nos Présidents le 17 décembre dernier, nous réussirons un plus grand et meilleur travail conjoint ?

Les personnes me posent cette question tout le temps, tant aux États-Unis qu’à Cuba. Ce que les personnes ne réalisent pas, c’est que grâce à la détermination de travailler nous avons réussi notre tâche. Le travail de la Fondation et du Conseil National du Patrimoine Culturel a été particulier. Ensemble, les deux nations ont travaillé en collaboration afin de préserver l’héritage de l’un des écrivains de plus célèbres du monde. Hemingway a vécu les 22 dernières années de sa vie à Cuba, à la Finca Vigia, mais en réalité il  était un citoyen du monde. De toutes manières, sachez que personnellement, je suis enchantée avec les déclarations réalisées en décembre par nos deux présidents.

Souhaiteriez-vous ajouter quelque chose… ?

Je voudrais remercier tous nos collègues à Cuba pour cette opportunité de collaboration durant toutes ces années. Celle-ci a été l’expérience professionnelle la plus gratifiante de toute ma carrière.

Gladys Rodríguez Ferrero

Tras el patrimonio de mi isla

Par Gladys Rodríguez Ferrero

Licenciada en Historia del Arte (1966). Directora del Museo Ernest Hemingway de Cuba (1980-1997). Especialista en Museología, Consejo Nacional de Patrimonio Cultural (1997 a la fecha).

Miembro de la Hemingway Society (1988-2002). Miembro Honorario de la Hemingway Society a partir de 2006. Ha participado en reuniones internacionales organizadas por esta Sociedad en 1992, 1994, 1999 y 2006 en España, Francia y Estados Unidos.

Ha impartido conferencias en el Hemingway Days Festival, Key West (1993) y durante el Hemingway Centennial en Oak Park (1999), en Estados Unidos. En la Primera Jornada Hemingway, Cancún, México (1996) y en la 12ª Conferencia Internacional Hemingway Ronda, España (2006). Invitada a la 13ª Conferencia Internacional Hemingway, Kansas City, Estados Unidos (2008).

Fundadora de los Coloquios Hemingway nacionales (1986, 1994 y 1996) e internacionales celebrados, en Cuba, a partir de 1995. Miembro de Honor del Comité Cubano por el Centenario del Nacimiento de Ernest Hemingway (1999).

Presidenta de la Cátedra Hemingway del Instituto Internacional de Periodismo “José Martí” desde 1998 a la fecha, donde ha organizado Sesiones Académicas Cuba- Estados Unidos en los años 2000, 2002 y 2004, así como conferencias, cursos y eventos nacionales e internacionales.

Representa a Cuba en el Grupo de Especialistas Internacionales que prepara la edición de las Cartas Completas de Ernest Hemingway.

Ha dictado conferencias en instituciones cubanas y en diferentes eventos nacionales e internacionales celebrados en Cuba.

Ajouter un commentaire