• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

« Que les institutions répondent aux créateurs et servent le peuple »

Par Pedro de la Hoz
Source Granma 07.01.2015

Julián González Toledo
Julián González Toledo

Interview avec Julián González Toledo, ministre de la Culture

Le renforcement des institutions, aussi bien du point de vue fonctionnel que matériel, se présente comme l'une des missions hiérarchisées par le Ministère de la Culture pour l'année qui commence.

Ainsi l’a déclaré le ministre Julián González Toledo au journal Granma, précisant qu’il s’agit que les directeurs et les spécialistes du système institutionnel de la culture, à tous les niveaux, travaillent ensemble afin de répondre aux exigences de la promotion de l’œuvre des créateurs et pour satisfaire les attentes des différents secteurs du public, sans perdre de vue la nécessité d'élargir les références esthétiques de la population.

« Nous avons porté une attention particulière sur le fonctionnement des groupes qui mettent en œuvre les Lignes directrices du dernier Congrès du Parti qui, dans notre cas, pointent vers les transformations dans l'enseignement artistique déjà menées dans tout le pays ; sur le perfectionnement du travail communautaire ; la nouvelle dimension de l'activité cinématographique ; les liens de la culture avec les formes de gestion non étatiques ; le droit d'auteur ; les relations avec les artistes qui résident à l'étranger ; la promotion à la radio et à la télévision et la conservation du patrimoine de la nation. C'est un processus complexe nécessitant de nombreux débats et échanges avec les créateurs, les spécialistes et les fonctionnaires du Ministère et de ses institutions, dans lequel on trace les politiques qui permettront ensuite d'établir la base juridique et les structures nécessaires pour leur mise en œuvre ».

La rencontre avec le Ministre s’est produite quand les échos de l’intense programme culturel des derniers jours de décembre palpitaient encore.

« La programmation culturelle a eu une avance discrète quant à la quantité et la qualité des propositions artistiques que nous offrons à notre public dans tout le pays et son développement ultérieur vers 2015 doit être une priorité sur la base de l'utilisation efficace des articulations de la programmation de chaque municipalité et province où on peut évaluer plus exactement la correspondance entre ce que nous offrons, l'intérêt du public et les nécessités pour le développement culturel. La réserve de l'organisation existe, la qualité de nos artistes professionnels et amateurs aussi, nous devons parvenir à une programmation où l'institution parie sur le meilleur du talent que nous avons formé. Une importance particulière devra continuer à être développée et améliorée par nos événements, qui concentre des offres de haute qualité, mettant en vedette des artistes cubains de hiérarchies prouvées ».

Une des questions qui préoccupent le plus les artistes et le public en général est l'état physique des institutions de meilleures incidence dans la vie spirituelle des communautés. À cet égard, Julián González Toledo a commenté :

« Même avec les limitations et les carences matérielles et financières, au cours de l’année 2014 il y a eu une plus grande priorité des gouvernements municipaux et provinciaux, spécialement vers les musées et les maisons de la culture. Ceci doit se maintenir en 2015 pour l'ensemble du système institutionnel, c’est-à-dire les maisons de la culture, les musées, les librairies, les bibliothèques, car dans notre cas l’image et les conditions des installations sont des composantes de la qualité de leur travail. Toutefois cet aspect n’est pas suffisant car nous espérons que, quotidiennement, ces institutions s’approchent davantage à leur public et élèvent la qualité et la quantité de services, en particulier sur la formation des artistes amateurs et sur la croissance des habitudes de la lecture ».

Ce commentaire nous amène à explorer les investissements dans le domaine du patrimoine :

« Les efforts pour conserver notre patrimoine ont eu une amélioration dans certaines provinces pour la célébration des 500e anniversaires de la fondation des premières villes et ce qui a été obtenu à Baracoa, Camagüey, Sancti Spíritus, Trinidad, Bayamo et Santiago de Cuba est remarquable. Mais nous devons admettre que nous devons encore acquérir une conscience sur la planification et la matérialisation des travaux de maintenance, ce qui nous ferait économiser de nombreux frais si on parvient à détenir la détérioration des édifices symboliques, ce qui nous permettrait d'éviter un investissement postérieur pour lequel nous n'avons pas de ressources dans bien des cas. Nous devons prolonger la vie utile de chaque installation et conserver les biens qu’elles thésaurisent ».

En matière d'enseignement artistique, le Ministre a signalé :

« Le perfectionnement de l'enseignement artistique est spécifiée par le biais de la mise en œuvre du Linéament 164, qui nous a permis de concentrer les écoles là où sont les meilleurs corps professoraux et ainsi améliorer la qualité de nos diplômés. Nous devons continuer à perfectionner la captation comme un exercice démocratique sans précédent où les enfants, quelle que soit leur origine, peuvent y accéder seulement pour leurs aptitudes et, ainsi, nous pouvons capter les meilleurs talents. De même, certaines provinces acquièrent des engagements spéciaux quant à la formation et les autorités du territoire doivent défendre comme un devoir l’accomplissement de ces obligations qui, dans certains cas, impliquent l’amélioration des infrastructures, l’attention du corps professoral et, par-dessus tout, de ne pas négliger l'intégralité de la formation des étudiants ».

Finalement on aborde l'interaction du Ministère avec les organisations du mouvement intellectuel et artistique :

« Nous avons fait notre les accords des congrès de l'Union des Écrivains et des Artistes de Cuba et de l’Association Hermanos Saíz. Les créateurs ont signalé les points faibles dans le travail des institutions et les caractéristiques complexes de la création et de la promotion de l'art et de la culture. La solution de ces problèmes nécessite une relation dynamique avec les principaux créateurs de chaque territoire. Servir est notre mot d'ordre ».

 

Pedro de la Hoz

Par Pedro de la Hoz

Cienfuegos, Cuba, 1953. Periodista y crítico de arte. Periodista del diario Granma, orgáno oficial del Partido Comunista de Cuba. Miembro del capítulo cubano de la red de redes En Defensa de la Humanidad y del Consejo Nacional de la UNEAC. En el 2005 publicó la monografía África en la Revolución Cubana. Forma parte del colectivo de redacción de la enciclopedia on line Terrorismo en las Américas made in USA. Ensayos y artículos suyos han aparecido en publicaciones de Estados Unidos, México, Bolivia, Puestro Rico, España, Alemania y Eslovenia.

 

Ajouter un commentaire