• Icono de YouTube
  • Icono de Google Plus

CUBARTE

todo

Savoir qu'ils m’attendent est la principale satisfaction

Par Madeleine Sautie
Source Granma 06.01.2015

L’instructrice d’art Carla Prieto Ibáñez
L’instructrice d’art Carla Prieto Ibáñez

L’instructrice d’art Carla Prieto Ibáñez, diplômée seulement depuis deux ans, a déjà une histoire à raconter. Dans celle-ci, les protagonistes sont ses élèves, à qui elle offre chaque jour le meilleur d’elle-même, convaincue de ne pas avoir fait une erreur en choisissant sa profession.

Il y a sept ans que cette jeune enseignante diplômée de l’École des Instructeurs d’Art (EIA), de laquelle elle est sortie avec un diplôme d’instructrice de théâtre et un baccalauréat de lettres. Son entrée dans l'éducation supérieure et chacune des vicissitudes impliquant une carrière universitaire ont été des succès pour Carla, survenant à l'unisson de ses premières expériences face à la classe.

Dès le moment où elle a obtenu son diplôme d'instructeur d'art, Carla a commencé à accomplir son service social dans l'école Ideario Martiano de la municipalité havanaise de Plaza où elle vit. « J'ai toujours été dans le monde de l'art, j'ai toujours aimé ça. J’ai participé aux ateliers du Théâtre National quand j'étais encore en secondaire. Ensuite, quand je les ai terminées, je me suis présentée aux examens d'aptitude de l'EIA et j’ai été reçue ».

L'EIA, qui correspond aux études pré universitaires, l’a préparé rigoureusement dans la spécialité qu'elle avait choisie, ainsi que dans d’autres manifestations artistiques telles que la danse, la musique et les arts plastiques. Mais cela ne répondait pas encore à toutes ses expectatives.

- Vous vouliez allez à l’université…

- Ce n'est pas la même chose d’être licenciée, c’est mieux bien sûr, et comme je veux continuer à travailler dans ce milieu, quoi de mieux que d’être meilleurs dans la même chose où je travaille. C’est pour cette raison que j’ai passée une licence en éducation dans cette spécialité.

- Quelles sont vos meilleures expériences dont vous vous souvenez spécialement depuis que voue êtes entrée dans le monde de l'éducation ?

- Je me souviens avec plaisir des classes que je donnais des classes avant d'être diplômée en tant qu’instructrice. Dans la pratique, je donnais la classe vêtue de l'uniforme d'étudiant, cela me semblait incroyable de voir comment les enfants étaient enthousiastes et faisaient tout ce que je demandais. A partir de là j'ai enseigné des ateliers de création et d'appréciation du théâtre.

- Quels résultats avez-vous eu à ce moment ?

- J’ai remarqué que les enfants voyaient trop la télévision et que beaucoup connaissaient plus la musique des adultes que celle de leur âge. J'ai réalisé que nous devions travailler avec eux. J'ai donc pensé à faire quelque chose de simple, mais qu’ils aimaient et, pour commencer, je me suis servie de la  date du 4 avril. Je leur ai appris comment était chaque personnage, les choses essentielles, car tous les enfants ne seront pas des acteurs, mais il y en a beaucoup qui voulaient jouer. Je leur ai appris dès le début à ne pas tourner le dos au public, à projeter leur voix et à faire attention à la diction.

- Quels bénéfices t’ont apporté ce lien avec l'art dès le plus jeune âge ?

- Premièrement, j’ai jugé que j'ai commencé à interagir avec ce monde depuis mon entrée dans la secondaire. Ceci m’a beaucoup aidé à être plus spontanée dans la vie, à mieux prendre mes décisions, à me défendre devant le risque … le théâtre aide beaucoup à se désinhiber.

- Quelle est la contribution de la manifestation que vous enseignez à la formation intégrale de l'élève ?

- Le théâtre est une des spécialités les plus complètes. Il y a tout. Il y a la plastique, par exemple, les décors, les costumes, le maquillage. Quant tout le monde travaille ensemble les valeurs collectives se développent. Tout le monde apporte quelque chose à la préparation des activités et, ensuite, tout le monde jouit des applaudissements.

- Votre expérience de deux ans en tant que professionnelle s'est enrichie. Nous avons appris que vos petits élèves ont fait une représentation du Petit Prince dans le Mémorial José Martí de La Havane…

- Je cherche toujours des alternatives pour que les enfants se présentent  non seulement à l'école, pour qu’ils se sentent motivés et qu’ils aiment plus ce que nous faisons pour eux à l'école, et aussi pour qu’ils intègrent dans la communauté, dans la société... et que cette communauté soit consciente de ce qu'ils apprennent dans les écoles.

Mes élèves se sont présentés dans les activités de FMC (Fédération des Femmes Cubaines) et du Minint (Ministère de l’Intérieur), ils ont représenté l'école dans des festivals d'instructeurs d'art et nous avons remporté la première place une fois. Ce qu'ils ont fait sur le Petit Prince a été pour illustrer le documentaire de Miguel Fernández et nous nous sommes accordés avec le réalisateur pour faire une représentation de la scène principale de l'audiovisuel, où ils travaillaient avec la rose et le Petit Prince.

- Ces activités impliquent la famille...

- Bien sûr. Les grands-parents de Monica et de Carlos - la rose et le Petit Prince - étaient très émus, tout comme les parents. Ils nous aident avec les costumes, c’est-à-dire que la famille se joint à l'activité de l'enfant. Ils m'ont fait les pétales de rose, ils voulaient savoir tout ce dont nous avions besoin.

- Comment valorisez-vous la responsabilité des instructeurs d'art depuis la pratique ?

- Beaucoup, c’est par cette voie qu’arrivent les connaissances les plus directes sur les manifestations artistiques, ils peuvent sortir de ces écoles comme de futurs danseurs, acteurs, développer un art bien caché en eux. C’est important parce que l'enfant se développe, mais aussi la famille. Une fois, une mère nous a remercié pour le travail que nous faisions avec ses enfants.

- Quelles satisfactions vous a donné cette carrière dans votre courte vie en tant qu'instructrice ?

-Je sais qu’ils sont contents des classes de théâtre. Je donne des classes à touts les élèves une fois par semaine, de la première à la sixième année. Savoir qu'ils m’attendent est la principale satisfaction.

 

Ajouter un commentaire